APPARANCE

La Mode est Politique

L’Editeur de Mode, Robin Givhan, Parle Politique

Robin Givhan, l'éditrice de mode du Washington Post, parle de l'industrie de la mode et de la façon dont elle influence la vie des gens ordinaires qui se retrouvent rarement à arpenter un tapis rouge. Elle refuse d'accepter l'idée que la mode est d'une certaine façon pour les « autres ». Au lieu de cela, son but est de montrer à ses lecteurs que nous participons tous à la « mode » chaque fois que nous nous habillons. Selon elle, la mode est la forme la plus personnelle de communication dont nous disposions. Elle exprime qui nous sommes, et, plus important encore, elle exprime la façon dont nous voulons être perçus.
Image
Creative Commons
Robin Givhan a qualifié la Présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, de "chic", un terme rarement utilisé à Washington pour décrire un personnage politique. La Présidente Pelosi est devenue célèbre pour ses ensembles Armani colorés. Agrandir >
Image
Site internet de Yulia Tymoshenko
Yulia Tymoshenko, Premier Ministre d'Ukraine, est connue dans le monde entier pour sa couronne de nattes dorées. Son apparence paysanne a été mise à l'honneur sur la couverture de « Elle Ukraine », et imitée par l'artiste pop britannique, Kylie Minogue. Agrandir >
Image
AP Photo/J. Scott Applewhite
Lors de sa visite au terrain d'avion militaire de Wiesbaden, le 24 février 2005, Condoleezza Rice portait un long manteau noir cintré et une paire de bottes luisantes à hauts talons. Est-ce qu'un personnage politique américain a jamais eu l'air aussi sexy ? Agrandir >
Quand la plupart des gens pensent à la mode, ils pensent aux tapis rouges. Mais vos articles apportent un nouvel éclairage sur la mode. Pouvez-vous nous donner quelques exemples de l'influence de la mode en politique?

Prenez par exemple les protestataires pendant la période des Droits Civiques. Ils ont manifesté au milieu des attaques de chiens féroces et de lances à incendie, habillés comme si ils allaient à l'église. Ils étaient tellement dignifiés. Et je pense que leur apparence a souligné leur message d'humanité et de justice.

Regardez la façon dont les personnages politiques -- du moins les hommes -- enlèvent sans arrêt leur veste et remontent leurs manches à chaque fois qu'ils s'adressent à des ouvriers. Ce geste vise à exprimer la sincérité et la franchise. De même, que sont tous ces pins avec des drapeaux sur les revers si ce n'est une déclaration à la mode de patriotisme ? Certains peuvent considérer que c'est sincère, d'autres peuvent l'interpréter comme de la foutaise. Mais il est indéniable que la mode -- dans ce cas, une broche -- est utilisée comme une déclaration politique.

Que pouvez-vous dire à propos des visions politiques de Hillary Clinton et de Condoleezza Rice sur base de la façon dont elles s'habillent?

Je ne sais pas si des styles particuliers indiquent le libéralisme ou le conservatisme. Je ne pense pas que les personnes de gauche s'habillent vraiment différemment de celles de droite. Bien sûr, il y a le stéréotype des femmes de gauche qui portent des Birkenstock et mangent du muesli, et celles de droite qui portent des ensembles jaunes stricts et des perles. C'est le cas de certaines femmes, mais la plupart se situent entre les deux. Je pense que le plus marquant à propos de Mme Clinton et de Mme Rice, est que toutes deux occupent des positions de pouvoir historiques en tant que femmes, et, pour Mme Rice, en tant qu'Afro-américaine. A chaque barrière qui est brisée, je pense que nous comprenons un peu mieux ce qu'est le pouvoir.

J'ai parlé de l'apparence de Mme Rice sur le terrain d'aviation de l'armée à Wiesbaden, portant un long manteau noir et des bottes noires remontant jusqu'aux genoux. L'ensemble avait une côté sexy que nous n'avions encore jamais vu chez un de nos dirigeants de ce niveau. Je pense que nous ne sommes pas encore à l'aise avec les femmes d'autorité qui refusent de cacher leur sexualité derrière un ensemble strict et des talons d'une hauteur raisonnable.

Par exemple, j'ai été surprise de l'indignation qu'a suscité un article que j'ai écrit à propos de Mme Clinton arborant un décolleté au Sénat. J'ai noté que ce n'était pas inconvenant, mais juste suffisant pour être remarqué. Je pensais que c'était un signe de confiance -- une fusion entre le genre et le pouvoir. Certaines personnes ont réagi comme si je l'avais critiquée. Notre culture n'est pas encore à l'aise avec le fait de remarquer et d'accepter la féminité au sein des arènes du pouvoir. Les femmes ne doivent pas porter d'ensemble bleu foncé et de chemisier avec de grandes noeuds. Mais nous avons encore un long chemin à parcourir.

Dans quelle mesure la politique et la mode, l'apparence et l'autorité sont-elles mêlées?

Je pense que la combinaison de la politique et de la mode est naturelle. Les personnages politiques sont plus concernés par les messages qu'ils véhiculent, par la façon dont ils rencontrent leurs électeurs et par la façon dont ils sont perçus, que tout autre groupe de personnes auquel je peux penser, à part peut-être les artistes.

La mode a été utilisée en politique comme une façon de montrer de la solidarité et du respect. Quand un personnage politique accepte de bonne grâce un sweat-shirt avec le blason d‘une école ou se coiffe d'une casquette arborant le logo d'un syndicat, c'est une façon de dire : je suis l'un des vôtres. Quand les chefs d'état visitent des pays étrangers et portent l'habit traditionnel de ce pays, c'est une façon pour eux d'exprimer du respect et une compréhension mutuelle. Nos vêtements nous identifient comme membre d'une tribu particulière de la même façon que notre accent ou notre argot. Nous avons tendance à faire confiance aux gens qui parlent comme nous. Nous avons également tendance à nous sentir plus à l'aise avec les personnes vêtues comme nous.

Pouvez-vous nous donner des exemples contemporains de choix vestimentaire de femmes politiques et nous expliquer ce que ces choix disent d'elles?

J'ai adoré le fait qu'Ellen Johnson-Sirleaf, lors de sa visite aux Etats Unis en 2006, ait porté un habit africain traditionnel avec des perles. Pour moi, elle a combiné l'authenticité culturelle et la fierté avec un accessoire très occidental. C'était une façon d'avoir un pied fermement ancré dans les besoins et les traditions du Liberia, tout en reconnaissant que parfois le réconfort pour l'étranger réside dans les détails.

Avez-vous un exemple de femme politique pour qui le style vestimentaire a manqué son effet, et a proverbialement nuit à sa carrière?

Je ne pense pas que la mode ait le pouvoir de nuire à la carrière d'une femme politique, à moins qu'elle ne porte quelque chose de profondément choquant ou de culturellement insultant. La mode est plus un détail ou un accessoire qui peut rehausser ou distraire. La personne qui me vient immédiatement à l'esprit est Katherine Harris, qui fut Secrétaire d'Etat en Floride pendant le deuxième compte de l'élection présidentielle de 2000. Son maquillage excessif a détourné l'attention de son travail. Et je pense que cela a même amené les gens à mettre en doute sa capacité à faire preuve de retenue et de modération dans le traitement du deuxième compte. Quand plus tard elle s'est présentée aux élections pour le Congrès, elle s'est maquillée de façon plus discrète - et a gagné. Je pense que la plupart des femmes politiques ne s'élèvent au niveau de pouvoir que parce qu'elles ont - pour la plupart - trouvé le moyen de gérer le problème du style.

Est-ce que l'apparence--coiffure, mode, maquillage, poids, vêtements, accessoires--d'une femme politique est devenue le nouveau meilleur moyen de comprendre ses vraies intentions?

Je n'irai jamais jusqu'à dire que l'apparence retranscrit les intentions. La mode est un langage trop peu fiable. Une jupe courte peut avoir une multitude de significations, selon la personne qui la regarde. Mais c'est également ce qui la rend si fascinante. La mode peut rendre ce que la personne dit plus ou moins crédible.

Les personnages politiques ont travaillé dur pour maîtriser l'art de s'habiller pour leur public. Ils ne s'habillent plus de sorte à éclipser ou intimider leur public. Personne ne veut être surpris portant un costume de 5 000 $. Dans notre pays, nous en sommes arrivés à penser que nos hommes et femmes politiques sont « comme nous ». Ils se donnent du mal pour se fondre dans la masse et apparaître accessibles et réels. L'astuce est de ne pas laisser voir à quel point vous travaillez dur pour paraître si naturel. Vous souvenez-vous du pauvre Al Gore quand il s'est présenté à l'élection présidentielle ? Les médias ont découvert qu'on lui avait conseillé de porter des tons terre et je pense que certains spécialistes en rient encore aujourd'hui. Quand les gens découvrent qu'un personnage politique est « habillé », à leurs yeux, il est réduit au statut d'enfant.

Est-ce que l'apparence est plus importante pour les femmes au pouvoir ou pour les hommes?

Les femmes ont un désavantage en politique parce qu'elles n'ont pas un uniforme derrière lequel se cacher. Elles ne peuvent pas porter le costume noir, la chemise blanche et la cravate rouge. Mais cela leur permet également de se démarquer. Elles disposent d'une plus grande liberté d'action, de plus de choix pour s'habiller de façon décontractée par exemple. Les hommes ont souvent l'air incroyablement mal à l'aise dès qu'ils ne portent pas de costume.

Je pense qu'il existe différents standards. Je ne pense pas que cela soit nécessairement injuste. Les hommes et les femmes sont différents et ils apportent des caractéristiques différentes à leur travail. C'est pourquoi nous avons besoin que les deux genres occupent des positions égales à la table des négociations.

Quel est le "look" idéal pour une femme politique?

Je pense qu'essentiellement nous voulons que nos dirigeantes soient attirantes, sans toutefois attirer l'attention sur elles par leur tenue, un équilibre délicat à trouver. Je pense qu'Hillary Clinton le fait assez souvent. Mais je ne pense pas qu'on puisse dire que porter un blazer couleur rouge vif soit subtil. Nous ne voulons pas que nos femmes politiques aient l'air masculines; mais nous ne voulons pas qu'elles soient trop "petite fille."

Pouvez-vous nommer une femme politique, aux Etats Unis ou à l'étranger, dont l'apparence et le message politiques sont synchronisés.

J'ai pensé à Nancy Pelosi qui a l'air particulièrement chic, intelligente et autoritaire. J'ai également pensé à Benazir Bhutto, un équilibre de sophistication contemporaine et de modestie et sérieux traditionnels.

Enfin, la coiffure et les accessoires : Quel genre de coiffure devrait avoir une femme politique pour être considérée comme éligible?

Yulia Tymoshenko, par exemple: je pense que ses nattes sont, heu, un reflet de sa connaissance intime de ce qui plaît à ses électeurs. Mais cependant, je ne pense pas que sa coiffure serait efficace au niveau mondial. Je tends à croire que les femmes politiques blanches aux Etats Unis choisissent des coiffures basées sur ce qu'elles pensent être approprié pour leur âge, plutôt que sur ce qui est politiquement intelligent. Dans ce pays, on pense que les femmes d'un certain âge ne devraient pas avoir les cheveux longs -- parce que c'est trop juvénile. Aux Etats Unis, nous avons tendance à associer les longues mèches avec la jeunesse et le côté sexy. Deux notions qu'une femme qui se présente au Sénat n'a pas forcément envie d'évoquer.

Je pense également que les femmes de couleur ont plus de problèmes avec leur coiffure. Certaines femmes politiques de couleur au Congrès ou au niveau d'état les portent en nattes, par exemple. Et je pense que ce style plaît à leurs électeurs d'une façon très intime. Mais est-ce que vous éliriez une candidate portant des dreadlocks à la présidence dans un avenir proche? Je ne le pense pas. Ce style est trop associé avec la rébellion et le caractère subversif. Les électeurs ont tendance à vouloir un candidat dont l'apparence les rassure, et non un candidat dont le style les trouble.

 





Commentaires

image
Utilisateur Supprimé

Robin Givan is an incredible journalist. It's no wonder that she has been awarded a Pulitzer Prize for Criticism! I really respect her insight, sass and ruthless, poetic sincerity. Just read her sentences: Every one feels like a pearl an oyster has been working, polishing, smoothing and rounding for years.

Listen and watch her multimedia analysis of the U.S. presidential candidates called The Front-Runners. It is hillarious and incredibly astute.

Karen Offen
Karen Offen
Etats Unis

But what about the way fashion issues might play out for women in Latin American politics? Does the new president of Argentina, for example, have the same issues about appropriate dress as women politicians in the United States?

This is comment is in regards to politics and fashion. This is a topic that I have never put much thought to but in reading have been able to pin point instances in the pass where presidents have incorporated fashion as a tool to get across their political beliefs. For instance, in passing the a particular trend of wearing an american flag pin after the disaster of 9/11 appeared on the suits of various politicians at a heightened rate than in the pass when we weren't in such a tragic crisis. I agree that the flag pin was a tool that was utilized to get the message across in a very subtle way. I also agree with the fact that appearance is a motivating way to draw in a politician's constituents in and creat a personal and confortable ambiance between politician and constituent.

Brenna Murphy
Etats Unis

It says "I think we are still uncomfortable w/women of authority who refuse to hide their sexuality behind a boxy suit and sensible heels." In other words, it's not okay yet for women to dress like women. So, if politicians dress to relate to their audience, who are female spectators supposed to relate to if female politicians still wear masculine attire?

donya disperati
Etats Unis

this comment is for the fashion is political article. I think it is interesting how women's fashion is even percived as too feminie at times and how as a culture we are not ready for women in power to show their feminity.

image
Utilisateur Supprimé

Politics and fashion: I think fashion in politics is very important. The country is not ready for a woman in power to show her sexuality. People seem to prefer that a woman dress more masculine than really show that she is woman.

Aisha Canfield
Etats Unis

Politics and fashion: Fashion seems to be as strategic as politics and politicians. What's appropriate or not seems to be defined by culture, age, gender, race and power. Women politicians are expected to look attractive, but not too sexy. Unfortunately this often results in women having to masculanize themselves in boxy suits and subtle colors to be taken seriously. However, Hillary and Pelosi have began wearing brighter colors and clothes that fit to a woman's body. Small steps to Equality!

SAHAR WAZIRI
Etats Unis

interesting how womens fashion is even percieved as too feminine at times and how as a culture we are not ready for women in power to show their feminity.

Kirsten Lee
Kirsten Lee
Royaume Uni

I really liked Robin's reference to fashion during the Civil Rights Movement in the U.S. I recently went to an exhibit on women during the Holocaust. An installment in the exhibition talked about how Jewish women in the concentration camps would secretly put on makeup and tailor their uniforms to be more feminine. While these women were being treated as less than human, fashion became their subversive act of political defiance. To me, this is incredibly moving.

In the past I did notice that women in power tend to tone down their appearance to appear more responsible and able to make decisions. In Nigeria, where our full traditional attire is rather flamboyant our female politicians are regarded as humble, sincere and responsible when their jewellery or attire is light. Fashion does make a difference in the way people perceive an individual and women tend to have a more difficult time of it. Great article Robin.

Brooke Cosgrove
Etats Unis

In response to, "I thought it was a sign of confidence -- a merging of gender and power. Some people reacted as if I'd given her a catcall. As a culture, we still aren't comfortable noticing and acknowledging femininity in the halls of power." :
I think it is important to remember that femininity and being sexualized for male consumption are too very different things. A merging of gender and power should not mean offering oneself up as a sexual object. Does confidence come from successfully living up to a patriarchal view of what is "sexy"? Painful heels and clothes appealing to men do very little to advance women's power but only serves to confuse a generation of women sexualized at a very young age. Women will only be truly confident when we stop monitoring and judging ourselves based on appearance rather than accomplishment. I guess sensible heels and a boxy suit have no place in connection to femininity? I disagree. Nothing is more feminine than practicality as we have been forced to achieve through practice and action throughout history. Down with the male gaze! The next time someone asks you what you thought about what Condi, Hillary, or any other woman in power was wearing, tell you refuse to answer on grounds the stupidity of the question is far too astounding for your brain to process.

Brooke Cosgrove
Etats Unis

sorry, two very different things, not too very different things, but you get the drift.

Héla
Héla
Tunisie

Nous attachons à nouveau, de manière très générale, une grande importance à notre façon de nous exprimer, également à travers nos vêtements. Par ailleurs, nous prêtons davantage attention à l’apparence des autres.


Connexion





RSS


Agissez

Apprenez-en plus sur les <br>Femmes, les Médias, la Politique

Apprenez-en plus sur les
Femmes, les Médias, la Politique

"De Hillary à Bella: Les Femmes, la Politique et les Médias" est un événement à ne pas manquer à New York. --Anglais